Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Promenades dans les expositions parisiennes

mes visites dans les expositions de Paris (et d'ailleurs)

« Capital agricole » et « Pierre » au Pavillon de l’Arsenal

En ce moment au Pavillon de l’Arsenal, l’exposition au premier niveau s’intéresse à la place de l’agriculture en Île-de-France, et a été intitulée « Capital agricole ». L’exposition commence à la fin du XIXe siècle, vers 1870 : la troisième République est une période particulièrement bien documentée sur les usages agricoles en région parisienne : ils jouent un rôle extrêmement important pour répondre aux besoins alimentaires de la population parisienne, à une époque où les transports et les technologies de conservation alimentaire ne sont pas encore extrêmement performants, et ils sont très spécifiques. C’est une agriculture très spécialisée, très intensive, avec des productions à très forte valeur ajoutée souvent sur des parcelles très petites de moins d’un hectare, avec des cultures maraîchères donnant jusqu’à six récoltes par an, et qui utilise donc des techniques très élaborées (irrigation, systèmes de serres, de cloches, fumure à partir des déchets de la vie urbaine, etc.

La période des trente glorieuses verra un bouleversement profond, avec l’urbanisation rapide de la banlieue parisienne, la disparition d’une grande partie de ces espaces agricoles, et en contrepartie l’émergence de nouveaux types d’espaces naturels, les espaces verts, des espaces de loisirs ou l’extension des forêts (pendant que l’amélioration des transports alimentaires et l’influence de la politique agricole européenne ont contribué à la spécialisation de la production des grandes aires agricoles).

L’exposition s’intéresse donc ensuite à de nouvelles tendances émergentes, la recherche de nouveaux paradigmes d’agriculture urbaine, à travers la valorisation de friches (voire d’espaces souterrains pour faire des champignonnières), la réutilisation des déchets de la ville sous forme de compost, des réflexions sur des cultures hors sol, etc.

Cette perspective historique est tout à fait passionnante, et donne un éclairage original sur les bouleversement de l’espace de la région parisienne au cours du siècle écoulé !

Au deuxième niveau du Pavillon de l’Arsenal, une petite exposition qui, partant du constat que la pénurie de sable et de granulats pour la production de béton menace, rappelle que le Bassin parisien offre encore des possibilités d’exploitation de carrières de pierre (calcaire lutétien), et examine l’intérêt de relancer l’emploi de la pierre dans la construction, et souligne son intérêt en termes thermiques et en termes de bilan carbone… Intéressant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article