Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Promenades dans les expositions parisiennes

mes visites dans les expositions de Paris (et d'ailleurs)

« Un rêve d’Italie, la collection du marquis Campana » au Louvre

L’histoire de la collection Campana est aussi fascinante que la collection elle-même. Au milieu du XIXe siècle, Giampietro Campana, banquier romain, avait constitué une éblouissante collection, encyclopédique, d’œuvres de l’antiquité grecque, étrusque et romaine, et de peinture et de sculpture italiennes du Moyen-Age et de la Renaissance. Non seulement il a acheté massivement aux commerçants d’antiquités, mais il a également mené des fouilles extrêmement fructueuses sur plusieurs sites. Mais il a été condamné en 1857 pour malversation (il s’était servi dans la caisse pour financer ses dispendieux achats d’antiquités), et les états pontificaux (à l’époque) ont décidé de vendre l’essentiel de la collection, qui a été acheté principalement par la Russie (pour le musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg), par la Grande-Bretagne, et pour la plus grande part par la France (une partie est maintenant conservée au Louvre, mais beaucoup d’œuvres ont aussi été déposées dans de nombreux musées de province).

L’exposition ne vise bien sûr pas à reconstituer la totalité de cette collection, qui comprenait des milliers et des milliers de pièces, mais d’en donner un avant-goût, en montrant sa richesse, tant quantitative que par la présence d’œuvres exceptionnelles et emblématiques, des vases aux armes, des bijoux aux statues, des peintres primitifs italiens (dont une partie significative de la collection est maintenant présentée au musée du Petit palais d’Avignon) aux faïences et aux terres cuites émaillées du XVIe siècle italien…

Bref, une accumulation invraisemblable de merveilles et de chefs-d’œuvre (beaucoup font maintenant partie des pièces les plus remarquables et les plus célèbres du Louvre), en même temps qu’une histoire absolument étonnante. Superbe !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article