Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Promenades dans les expositions parisiennes

mes visites dans les expositions de Paris (et d'ailleurs)

« Degas à l’opéra » au musée d’Orsay

Ca n’est pas vraiment une découverte de dire que Degas s’intéressait à l’opéra, lui qu’on a parfois abusivement résumé en « peintre des danseuses ».

Mais l’exposition du musée d’Orsay permet d’approfondir un peu cette idée. Certes, on l’avait déjà pas mal vu dans l’exposition « Degas danse dessin » il y a deux ans, mais c’est toujours intéressant de revenir sur le travail de l’artiste avec les différents médiums qu’il utilise (peinture, fusain, pastels, monotype, mais aussi sculpture : si la fameuse Danseuse de 14 ans est la seule sculpture qu’il ait présentée de son vivant, son fonds d’atelier contenait une grande quantité d’études sculptées, de danseuses et de chevaux).

L’exposition montre aussi qu’un des axes majeurs de la recherche artistique de Degas, tout au long de sa vie, est le travail sur les attitudes, les gestes, et également aux cadrages et à al composition des images.

Si le monde de l’opéra est brillant, mais aussi factice – et c’est ce qui passionne Degas –, l’exposition montre aussi quelque chose d’étouffant : comment oublier, dans ces représentations de danseuses l’univers de souffrance qui est le leur (et le nombre de représentations où une danseuse se masse les chevilles le rappelle), et dans ces « abonnés » qui viennent les voir, la présence à peine masquée d’un système prostitutionnel institutionnalisé ? Sur ce sujet, on se souvient de la remarquable et frappante exposition « Splendeurs et misères » il y a 4 ans, qui montrait si bien l’immoralité de cette époque...

Une belle exposition, mais qui m’a laissé une sensation de malaise...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article